• Pietr le Letton, Georges SIMENON

    Pietr le Letton, Georges SIMENONLe commissaire Maigret, de la Première Brigade mobile, leva la tête, eut l'impression que le ronflement du poêle de fonte planté au milieu son bureau et relié au plafond par un gros tuyau noir faiblissait. Il repoussa le télégramme, se leva pesamment, régla la clef et jeta trois pelletées de charbon dans le foyer. Après quoi, debout, le dos au mur, il bourra une pipe, tirailla son faux col qui, quoique très bas, le gênait. Il regarda sa montre qui marquait 4 heures. Son veston pendait à un crochet, planté derrière la porte. Il évolua lentement vers son bureau, relut le télégramme et traduit à mi-voix : Commission internationale de Police criminelle à Sûreté générale, Paris : Police Cracovie signale passage et départ pour Brême de Pietr-le-Letton.

    Mon avis :

    Paru en 1931, ce roman est le premier de la série des Maigret. Publié une première fois dans un hebdomadaire de l’époque « Ric et Rac » de juillet à octobre 1930, après d’autres nouvelles, il paraitra sous la forme d’un roman policier huit mois plus tard.

    Pietr Johannson est un escroc que les polices européennes tiennent à l’œil. Lorsque la Police française est avertie de son arrivée à Paris, le commissaire Maigret se rend à la gare du Nord pour assister à son arrivée et le prendre en filature jusqu'à son hôtel. Mais il ne peut le suivre car le chef de train l’interpelle. Un homme assassiné a été découvert dans les toilettes. Il ressemble étrangement à Pietr.

    Lorsque Maigret apparait à l’hôtel Majestic, sa présence a quelque chose d’hostile. Sa charpente plébéienne ne passe pas inaperçue. Sa façon de se camper avec assurance dans ce lieu où l’élégance des habitués dénote avec ses vêtements, même s’ils sont de bonne coupe et en laine fine, en fait d’office le point de mire. Sa pipe, qu’il ne quitte pas malgré les usages, finit la description du personnage. En une page, Simenon a campé son commissaire. Il a trouvé le physique et la personnalité qui feront sa renommée. Il reste à affiner le tout. Ce sera chose faite avec ses silences, ses moments d’intense réflexion et son ton bougon, son amour de la table et d’une bonne pipe au coin du feu.

    On découvre aussi les descriptions urbaines caractéristiques du style Simenon. Lui qui a arpenté si souvent les rues de Liège dans sa jeunesse détient dans sa mémoire un univers de façades, de ruelles, de rencontres, d’odeurs, de sons qu’il couche sur le papier au besoin. L’acuité de l’observation de ses semblables fait que même ses personnages secondaires sont soignés.

    Quand on sait qu’à l’époque l’éditeur n’était pas très chaud pour publier ce roman sans héros charismatique, sans héroïne, qui n’est pas vraiment un roman policier selon les codes et finit mal, on se dit que la chance et la détermination font parfois bien les choses. Le commissaire enquêtera pas moins de 103 fois, dans 75 romans et 28 nouvelles publiés dans le monde entier.

    Devenu un classique de la littérature belge, ce roman d'atmosphère contient tous les ingrédients qu’on aime retrouver chez l’auteur : rebondissements, coup de théâtre et attente patiente de Maigret jusqu’à ce que le suspect dévoile une faille ou commette une erreur.

    Une jolie redécouverte.

     

    Pietr le Letton, Georges SIMENON 

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Avril à 10:02
    Anne (desmotsetdesno

    Tu me donnes bien envie de lire enfin un Maigret (tout l'art de l'atmosphère que j'avais tant apprécié dans Le bourgmestre de Furnes).

      • Mardi 3 Avril à 12:01

        C'est ce qui me plait chez lui, l'art de planter un décor et de décrire des atmosphères. Sinon, le milieu où évoluent ses personnes est tellement noir et triste.

    2
    Mardi 3 Avril à 20:23

    Ah Simenon ! Je n'ai quasiment rien lu de lui ! On ne peut pas tout lire...

      • Mercredi 4 Avril à 17:34

        Je suis loin d'avoir lu ses nombreuses publications. Il était prolifique. Une quinzaine tout au plus.

    3
    Mercredi 4 Avril à 13:52

    J'adore la série mais je n'ai jamais lu un seul roman avec Maigret. Il faudrait que je m'y mette, un jour !

      • Mercredi 4 Avril à 17:35

        Il n'y a pas que les Maigret. D'autres romans sont bien aussi (Le chat, Les fiançailles de Mr Hire, Les fantômes du chapelier...) 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :