• Tout ce qu'on ne te dira pas, Mongo, Dany LAFERRIERE

    Tout ce qu'on ne te dira pas, Mongo, Dany LAFERRIEREUn après-midi d'été, l'écrivain croise sur la rue Saint-Denis un jeune homme, Mongo, qui vient de débarquer à Montréal. Il lui rappelle cet autre jeune homme arrivé dans la même ville en 1976. Le même désarroi et la même détermination. Mongo demande : comment faire pour s'insérer dans cette nouvelle société ? Ils entrent dans un café et la conversation débute comme dans un roman de Diderot. C'est ce ton léger et grave que le lecteur reconnaît dès le début d'un livre de Laferrière:« Tout nouveau-né est un immigré qui doit apprendre pour survivre les codes sociaux. Une société ne livre ses mystères qu'à ceux qui cherchent à la comprendre, et personne n'échappe à cette règle implacable, qu'on soit du pays ou non.» Laferrière raconte ici quarante années de vie au Québec.

    Mon avis :

    Je n’avais encore jamais lu Dany Laferrière que j’ai pourtant rencontré deux fois.

    Dany Laferrière nous propose un dialogue entre un homme mûr, vivant au Québec, et un jeune immigré, Mongo. Ce dernier fraîchement débarqué souhaite déjà conquérir une jeune fille. Il va lui expliquer le pays, ses habitudes, son histoire. Comment s’insérer dans une nouvelle culture si on ne sait pas comment vit le natif ? Ce qu’il pense, sa vision du monde ? Cette conversation est entrecoupée d’observations. On est tantôt avec Mongo et le vieil écrivain dans un café, tantôt à la radio lors d’une chronique ou dans un carnet de notes.
    Il est amusant de voir que cet ouvrage atypique, sorte de manuel de la vie au Québec, est écrit par un Haïtien d’origine. Sans doute parce qu’il a le recul nécessaire pour parler de la culture québécoise qu’il voit et vit de l’extérieur mais aussi parce qu’il a lui-même été dans la situation de Mongo et a dû apprivoiser le Québec autant qu’il a été apprivoisé par ses habitants. Mais son livre ne s’adresse pas qu’aux nouveaux arrivants. Il est aussi un miroir pour les Québécois, un regard sensible et généreux porté sur eux.

    A la fois profond et léger, ce livre est une ode au Québec. Le portrait que Dany Laferrière nous en fait est aussi tendre qu’incisif, résultats de longues et précises observations accumulées au fil du temps. Il y est question de la mouvance des peuples, d’immigration, d’intégration mais aussi d’avenir, de vivre ensemble et d’influences réciproques.

    Un récit savoureux au ton parfois léger, parfois sérieux qui invite surtout à se parler, à aller vers l’autre. Et qui me donne terriblement envie de retourner au Québec.

     

    Tout nouveau-né est un immigré qui doit apprendre pour survivre les codes sociaux. Une société ne livre ses mystères qu’à ceux qui cherchent à la comprendre, et personne n’échappe à cette règle implacable, qu’on soit du pays ou non.

     

    Tout ce qu'on ne te dira pas, Mongo, Dany LAFERRIERE

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Août 2016 à 11:21
    Anne (desmotsetdesno

    Je n'ai jamais lu Dany Laferrière non plus, je note ce titre pour cette "ode au Québec".

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :