• Trop lourd pour moi, Daniel CHARNEUX

    Trop lourd pour moi, Daniel CHARNEUXSi le titre « Les illusions perdues » n’était déjà pris par un illustre romancier, il aurait pu servir à l’auteur de « Trop lourd pour moi ». Car Jean-Baptiste Taillandier, le protagoniste narrateur de ce récit, perdra une à une les illusions de enfance. Né au milieu des années cinquante, il entre dans la vie avec la louable intention d’aider la veuve et l’orphelin. Tenté un temps par la coopération au développement, il devient finalement psychologue en milieu scolaire. Or, la satisfaction n’est au rendez-vous ni dans sa vie professionnelle, ni dans sa vie affective perturbée. Le seul havre de paix est l’enfance, où le plongent ses souvenirs heureux associés la plupart du temps à une mère aimante. Mais les êtres chers s’en vont et Jean-Baptiste voit son univers rétrécir comme peau de chagrin. D’où la tentation de fuite...

    Mon avis :

    Il y a un peu plus d’un an, je découvrais Daniel Charneux avec « Comme un roman fleuve ». C’est avec plaisir que je l’ai retrouvé ici, dégustant lentement, son écriture pleine de charme et de rigueur. Il aime faire vibrer les mots qu’il choisit avec soin pour décrire le quotidien, les émotions, les personnes rencontrées ou les paysages traversés. Sa langue s’est allégée des multiples appositions qui alourdissaient quelque peu son roman précédent et j’ai pris encore plus de plaisir à la lire. Formellement, ce roman est donc pour moi une réussite.

    En ce qui concerne le fond, j’avoue avoir déchanté au deux tiers du roman. Jean-Baptiste Taillandier est à peine plus vieux que moi et j’ai beaucoup aimé découvrir ses souvenirs d’enfance, sa famille et ses habitudes, les objets du quotidien, les loisirs qui étaient les siens... Je me suis en quelque sorte replongée moi aussi en enfance à l’évocation de ces souvenirs qui faisaient écho en moi.

    Là où cela se corse, c’est dans la manière dont il aborde sa vie d’adulte. Un Œdipe mal réglé, une perte prématurée, un égo assez développé... et ce petit garçon qui semblait avoir tout pour devenir un adulte épanoui, va passer sa vie à se chercher, à passer à côté des autres et de lui-même. A chaque obstacle, il s’enfonce un peu plus dans la déprime, voire la schizophrénie et perd pied avec la réalité. Cherchant son équilibre dans un métier tourné vers les autres (psychologue en milieu scolaire), dans des relations où il se laisse faire sans vraiment faire de choix, et même dans le bouddhisme ! Il se perd un peu plus au fil du temps qui passe.

    Si l’enfant et l’adolescent m’ont émue, l’adulte m’a passablement irritée. Témoin passif des déboires du monde, des problèmes de notre société, de sa propre existence, il fuit toute réalité ne faisant jamais face. Il se pose en victime, telles les héroïnes des tragédies grecques, ballotées par la fatalité. Par peur, par lâcheté, par manque d’audace, il est le jouet du destin, jamais acteur de sa propre existence. Que j’aurais aimé le secouer !

    Un récit de vie tout en finesse à fuir si l’on est soi-même un peu déprimé. Un roman à l’écriture minutieuse que j’aurais souhaitée au service d’un récit optimiste. A lire pour se faire sa propre impression.

     

     Trop lourd pour moi, Daniel CHARNEUXTrop lourd pour moi, Daniel CHARNEUX

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 30 Août 2014 à 00:23
    Anne (desmotsetdesno

    Ah oui, j'ai vraiment envie de me faire ma propre idée, parce que c'est peut-être un peu facile de dire "il a tout pour être heureux", "moi je n'aurais pas fait pareil"... d'imposer nos propres critères aux autres ? Je suis curieuse !

    2
    Samedi 30 Août 2014 à 06:19

    J'ai lu un livre de cet auteur mais je ne sais plus lequel.

    Bonne rentrée. 

    3
    Samedi 30 Août 2014 à 10:33

    Tu confirmes toutes mes craintes quant à ce roman... Les premières pages sur le site de Luce Wilquin me plaisaient beaucoup par leur style, mais la lecture de la 4e me refroidit sérieusement quant au sujet, qui ne paraît pas me correspondre. J'attendrai les impressions d'Anne avant de faire éventuellement les miennes.

    4
    Jacqueline
    Samedi 30 Août 2014 à 11:21
    J'avoue que ce roman ne me tente guère : le "héros" m'irrite déjà dans ton billet ... :-)
    5
    Samedi 30 Août 2014 à 14:16

    je l'ai sélectionné aussi dans ma liste. au début j'avais l'impression que les livres étaient moins bons qu'en 2013 mais je suis en train de changer d'avis.

    6
    Samedi 30 Août 2014 à 17:08
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :