• Une femme en contre jour, Gaëlle JOSSE

    Une femme en contre jour, Gaëlle JOSSERaconter Vivian Maier, c’est raconter la vie d’une invisible, d’une effacée. Une nurse, une bonne d’enfants. Une photographe de génie qui n’a pas vu la plupart de ses propres photos. Une Américaine d’origine française, arpenteuse inlassable des rues de New York et de Chicago, nostalgique de ses années d’enfance heureuse dans la verte vallée des Hautes-Alpes où elle a rêvé de s’ancrer et de trouver une famille. Son œuvre, pleine d’humanité et d’attention envers les démunis, les perdants du rêve américain, a été retrouvée par hasard – une histoire digne des meilleurs romans – dans des cartons oubliés au fond d’un garde-meubles de la banlieue de Chicago. Vivian Maier venait alors de décéder, à quatre-vingt-trois ans, dans le plus grand anonymat.

     

    Mon avis :

     

    Gaëlle Josse retrace ici la vie de Vivian Maier et de son entourage à travers des témoignages, des documents et des photos mis au jour lorsque son œuvre artistique a été révélée au grand public. Elle a aussi compulsé d’innombrables articles ainsi que deux documentaires essentiels : « Finding Vivian Maier » de John Maloof et le site de l’Association Vivian Maier et le Champsaur.

    Cette femme mystérieuse et solitaire aimait visiblement aller au contact de ses semblables. Née pauvre et ayant toujours vécu modestement, elle a photographié la misère des quartiers populaires, des émigrés, des laissés pour compte. Elle montre une société rude, des vies malmenées. Et de temps à autre des personnes fortunées en habits de soirée. Alors qu’elle voue le plus grand respect aux premiers qu’elle magnifie, les photographies des autres sont souvent moqueuses, floues, décentrées. Ce ne peut être un hasard. Ensuite viendront des autoportraits où elle n’est jamais au centre de la photo mais fait partie du décor comme n’importe quel autre objet. Sa présence est absence comme une allégorie de sa propre existence.

    J’ai beaucoup aimé ce récit que nous fait Gaëlle Josse et j’ai été touchée par le personnage même de Vivian. Se dire qu’elle n’aura jamais vu la plupart de ses photos (le développement était trop coûteux et elle ne devait sûrement pas imaginer que cela intéresserait quelqu’un) et n’aura rien su de sa gloire post mortem est déroutant et bouleversant. Elle aura vécu seule, connu de lourds secrets familiaux et aura mené une vie de liberté à une époque où cela était exceptionnel pour une femme.

    Je me suis laissé emporter par l’écriture de Gaëlle Josse qui, une fois encore, nous raconte une belle histoire soutenue par une écriture précise et lumineuse. On sent derrière ce récit l’attachement qui s’est noué entre l’auteure et son personnage et j’ai été séduite.

    Un très bon récit à s’offrir.

    Une femme en contre jour, Gaëlle JOSSEUne femme en contre jour, Gaëlle JOSSE

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 16 Juin à 12:29
    eimelle

    un très beau texte!

    2
    Dimanche 16 Juin à 21:15

    Je vois cette auteure de plus en plus sur les blogs. Sinon, je ne la connais pas. Je n'ai rien lu d'elle. 

    Bonne semaine. Corrections au rendez-vous, je suppose ...

      • Lundi 17 Juin à 19:57

        Oui, je corrige ! 
        Si tu dois en lire un, commence par "Le dernier gardien d'Ellis Island". Bonne semaine de CEB et joyeusetés.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :