• Une mouche en novembre, Louis GAGNE

    Une mouche en novembre, Louis GAGNEÀ Ludovica, ville où novembre teinte les humeurs, le soleil est blanc. À l’ombre du château, près du grand fleuve, un fossoyeur creuse et les chiens errants grondent en reniflant les tombes. À Ludovica, une femme enceinte fuit, un dandy a tous les visages, une petite fille disparaît et les chiens rôdent encore. À Ludovica, le jour de son congédiement, dans un cimetière où il a ses habitudes, Boniface Saint-Jean entrevoit les signes d’un mystère qui le hantera, un mystère où la lumière et la nuit, le bien et le mal font du quotidien une légende. Œuvre de rencontres et de visions, Une mouche en novembre raconte qu’on ne sépare pas la part de Dieu de la part du diable, la part de l’art de celle du cauchemar.

    Mon avis :

    Louis Gagné, libraire québécois passionné de livres, signe ici son premier roman aux éditions Le Quartanier. Un roman noir, sombre et brumeux comme un jour de novembre. A Ludovica, tout n’est que grisaille et tristesse.

    Dès les premières lignes, on croise une vieille femme qui a perdu l’esprit. Puis un chômeur passionné de cravates, des dobermans agressifs, une jeune femme qui accouche dans une gare, un étrange collectionneur d’œuvres d’art,... Chaque tableau que nous peint l’auteur montre une facette erratique de cette ville singulière où les drames semblent le lot quotidien.

    Le narrateur, Boniface Saint-Jean, quinquagénaire taciturne fraichement licencié, ne sait comment occuper ses journées. De cimetière en église, des ruelles de Ludovica à d’étranges bâtisses, il erre sans but au gré de rencontres fortuites. Au fil de ses errances, il semble perdre la tête, s’attarde à des signes, à l’envers du décor. Une chose l’obsède, cette femme croisée six ans plus tôt, qu’il ne secourut pas alors qu’elle était sur le point d’accoucher. Cet homme nous décrit des scènes irréelles, entre rêve et réalité. On n’est jamais sûr de ce qu’on vient de lire, plongé dans un espace-temps onirique déstabilisant.

    Louis Gagné nous fait entrer dans un univers unique, inquiétant et mystérieux où la beauté de la langue accompagne notre errance. Ludovica, nom que Champlain aurait aimé donner à Québec, est une ville fantasque où personnages et lecteur se perdent dans l’imaginaire de l’auteur. Entre beauté et laideur, bien et mal, on avance en équilibre instable sur les bords du fleuve des Enfers. Chacun y puisera ses propres sensations, ses réponses à ses questionnements. Plusieurs lectures sont possibles ; à chacun de trouver la sienne.

    Un style original et pur au service d’une langue soignée. Louis Gagné a réussi à m’intriguer et à me séduire.

     

    Une mouche en novembre, Louis GAGNEUne mouche en novembre, Louis GAGNE

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 1er Avril 2016 à 09:15
    Anne (desmotsetdesno

    Ce sont les éditions du Quartanier (pas Quaternaire) (tu as étudié trop de géo avec ton fils) ;-) J'espère que ça me plaira aussi.

      • Vendredi 1er Avril 2016 à 19:42
    2
    jessy james
    Mardi 19 Avril 2016 à 20:36

    Merci pour ce conseil lecture. Je t'ai fait confiance et j'ai beaucoup aimé. Un auteur qui promet !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :