• Barbe bleue, Amélie NOTHOMB

    Barbe bleue, Amélie NOTHOMBRépondant à une annonce, Saturnine se présente pour une colocation. L’endroit est fabuleux, abordable et c’est elle qui est choisie. Mais le propriétaire a une réputation d’assassin. Les huit colocataires précédentes auraient mystérieusement disparu. Saturnine se lance alors le défi de survivre aux tentations et à l’envie d’ouvrir la porte de la chambre noire. Y parviendra-t-elle ?

    Mon avis :

    Revoici ma petite madeleine estivale. J’ai pris beaucoup de plaisir à déguster cette histoire, pétillante comme une flute de champagne.

    Comme toujours, Amélie Nothomb nous met face à un conflit. Entre Saturnine, brillante jeune femme de 25 ans et son hôte Don Elemirio, noble espagnol âgé de 44 ans, c’est même un affrontement. Chaque soir, autour d’un repas, ils se livrent à des joutes oratoires savoureuses comme seuls les intellectuels en sont capables. L’écriture fluide d’Amélie rend ces dialogues d’une remarquable vivacité et les pages s’enchainent rapidement - trop rapidement, comme toujours.

    Nous sommes loin du barbare sanguinaire et de la ravissante idiote de l’histoire initiale. Revisitant le conte de Perrault, Amélie Nothomb, usant d’un subtil mélange d’humour et de suspense, nous met en présence de deux intellectuels érudits cherchant à rallier l’autre à leur dessein. Le huis clos dont nous sommes témoin rend l’atmosphère tendue dès le départ mais les échanges verbaux finement ciselés et plein d’esprit la détendront peu à peu. Et c’est là, tout le talent d’Amélie Nothomb. En quelques phrases bien senties, sans longues descriptions ni fioritures, elle a campé ses personnages et suscité l’intérêt du lecteur. Il ne reste plus qu’à l’attiser jusqu’au dénouement final.

    Cette lecture est plus exigeante que celle de « Tuer le père ». Les références historiques, religieuses, culturelles… y sont nombreuses et les connaitre permet de savourer vraiment les joutes verbales des protagonistes. On peut toutefois y plonger avec bonheur malgré tout, à condition de laisser les a priori nothomien de côté, comme les sempiternels reproches que l’on fait à son style. Il n’est pourtant pas pire (loin de là) que celui d’Houllebecq ! Mais comme il semble de bon ton d’encenser ce dernier, il l’est aussi de dénigrer la première.

    De toute façon, quoi qu’elle écrive ou quoi qu’elle fasse, elle ne fera jamais, je pense, l’unanimité.

    Lisez ici, une critique de Barbe bleue émanant d'une lectrice occasionnelle de Nothomb.

     Barbe bleue, Amélie NOTHOMB

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Syl.
    Dimanche 26 Août 2012 à 09:49

    Argali, le reproche que je lui fais depuis quelques livres, ce n'est pas sur son style. Je ne retrouve pas la magie de ses premiers écrits. Je prendrai comme tous les ans son dernier et je verrai...
    En tous cas ton billet accroche l'attention !

    2
    Dimanche 26 Août 2012 à 12:43

    Je te rassure, je n'aime pas toute son oeuvre. "Le fait du prince", "Le journal d'hirondelle"... ne m'ont pas emballée. Comme chez de nombreux auteurs, il y a du bon et du moins bon. Et je comprends aussi qu'on n'aime pas du tout. (Un ami adore Saramago dont le style m'empêche d'apprécier l'oeuvre. Il est pourtant prix Nobel et réputé, mais ce n'est pas pour moi.) Mais je constate depuis deux ou trois ans, qu'il y a un vrai plaisir, parfois snobisme, à lire pour démolir ce qu'elle écrit. C'est du Nothomb ? C'est forcément mauvais. Certains trouvent même Marc Lévy meilleur. Restons objectifs. Le vocabulaire et la culture de Nothomb sont quand même supérieurs à beaucoup. Mais oui, style et sujet peuvent décevoir, je le conçois.

    3
    Dimanche 26 Août 2012 à 14:40
    Arieste

    il faut encore que je lise Hygiène de l'assassin qui traîne dans ma PAL pour me faire une idée sur cet auteur, mais ce nouvel opus me semble bien sympathique :)

    4
    Dimanche 26 Août 2012 à 16:25
    niki/sheherazade

    et comme le dirait le schtroumpf grognon = moi j'aime pas amélie nothomb 

    5
    Dimanche 26 Août 2012 à 20:43

    Un jour, je me mettrai à lire du Nothomb mais, pour l'instant, après une expérience négative, je n'en ai pas envie.

    Bonne dernière semaine. 

    6
    Lundi 27 Août 2012 à 00:31
    Contes defaits

    J'ai été fan durant plusieurs années et j'ai fini par me lasser. Après "Le Voyage d'hiver", je n'ai plus lu les suivants car je crains la déception. Mais je suis d'accord avec toi : à chaque rentrée, c'est systématiquement sur elle qu'on tape !

    7
    Lundi 27 Août 2012 à 08:05
    Alex-Mot-à-Mots

    20 ans déjà, qu'elle sort un roman à chaque rentrée. Chapeau !

    8
    Mardi 28 Août 2012 à 09:53
    Noukette76

    Non, elle ne fera jamais l'unanimité... Personnellement, je n'ai jamais accroché, rien à faire...

    9
    Jeudi 30 Août 2012 à 11:47

    Non elle ne fera jamais l'unanimité. Les goûts et les couleurs... Je tenterai Barbe-Bleu cette année (pour lui laisser une troisième chance puisque je viens de lire Le mystère par excellence et je suis encore déçue). J'espère avoir l'esprit assez fin pour comprendre ses références. S'il y en avait dans celui que je viens de finir, je les ai toutes loupées...L'as-tu lu? Qu'en as-tu pensé?

    10
    Jeudi 30 Août 2012 à 18:16

    Je n'ai pas lu ses nouvelles, genre que j'aime moins en général. Je n'ai lu que les romans. Mes préférés sont ses romans autobiographiques.

    11
    chrislamb
    Mardi 4 Septembre 2012 à 23:08

    Oui, elle publie un roman chaque année. Mais Chattam, Coben, Barclay, Adam, Gaudé... aussi. Eux, on les attend avec impatience ; elle, on s'en gausse. Je pense qu'elle ne plait pas à une certaine intelligentsia parisienne car elle ne rentre pas dans le moule de l'écrivain typique. Elle n'aime pas les cocktails, les rencontres organisées par les maisons d'édition, les critiques, préfère les rencontres de lecteurs dans les salons aux émissions littéraires... Bref, elle agace. C'est un esprit libre.
    On le lui fait payer autrement.
    Mais a-t-elle besoin qu'on l'aime ? Elle a ses lecteurs, réguliers ou occasionnels et ses correspondants.
    Je viens de lire le dernier Angot, et franchement, pour moi, entre les deux (par exemple) il n'y a pas photo.

    12
    Mercredi 5 Septembre 2012 à 17:14
    vivlirt

    Merci pour ta visite sur mon blog ! Effectivement, je n'ai jamais été fan de cet auteur, mais j'ai tenu à lire celui-ci uniquement pour l'histoire qui me tentait et notamment la réinterprétation d'un mythe sombre qui suscite toujours autant de questions... Je dois dire que je n'ai pas été déçue. Sans devenir une fan inconditionnelle après cette lecture savoureuse, j'ai tout de même bien envie de piocher ici et là quelques titres pour me faire une meilleure idée de la dame. En attendant, Amélie Nothomb reste définitivement originale et inspirée et son style est unique ! On se demande où elle va chercher toutes ces idées !...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :