• Cette étoile ne s'éteindra pas, Esther EARL, Lori et Wayne EARL

    Cette étoile ne s'éteindra pas, Esther EARL, Lori et Wayne EARLLa vie et les mots d'Esther Grace Earl, la jeune fille qui a inspiré le personnage d'Hazel à John Green. Un livre poignant, regroupant écrits et documents sur Esther Earl, le personnage féminin de Nos étoiles contraires.
    « Sois... sois juste heureuse. Et si tu ne peux pas être heureuse, fais des choses qui te rendent heureuse. Ou alors ne fais rien, mais avec les gens qui te rendent heureuse. »

    Mon avis :

    J’aime beaucoup l’écriture de John Green et j’ai été très émue devant « Nos étoiles contraires ». Je n’aime pas trop les biographies par contre, surtout lorsqu’elle mette en évidence des faits douloureux comme la maladie, la mort, l’inceste, le viol... Elles me donnent l’impression de vouloir faire de l’argent avec la souffrance, la sienne ou celle des autres, et joue trop sur le pathos. Je ne suis donc pas entrée facilement dans ce journal que j’ai laissé dormir dans ma PAL plusieurs mois.

    L’histoire tragique d’Esther, atteinte d’un cancer de la thyroïde, a inspiré John Green qui l’avait rencontrée lors d’une convention Harry Potter alors que son roman était déjà en cours. Il a d’ailleurs préfacé cet ouvrage. Suite au succès du livre et en mémoire de leur fille, Mr et Mme Earl ont exhumé les journaux intimes d’Esther et ses vidéos pour en faire cette biographie. Les témoignages de ses amis et du médecin qui l’a suivie sont venus compléter le tout.
    Esther aurait aimé être écrivain et a ébauché plusieurs romans. Ses parents ont joint quelques extraits à la fin de l’ouvrage.

    On sent dès le début du livre sa détermination, sa volonté et son talent de création. L’ouvrage est illustré des dessins qu’elle réalisait sur sa correspondance ou dans son journal intime. Esther n’a jamais cherché à être plainte et a vécu jusqu’au bout dans la gaieté et le courage. C’est ce qui transparait le plus ici. Elle est drôle, caustique et a énormément d’autodérision.
    D’un bout à l’autre, elle nous montre que la vie a une fin inéluctable et que nous nous devons d’en profiter pleinement en lui donnant du sens. Pour Esther il passait par les autres, sa famille, ses amis et tous ceux qui l’ont aidée à supporter la souffrance.
    Une formidable leçon de vie.

    Ma chronique se concentre sur les faits, je m’en rends compte. Très certainement pour garder mes émotions à distance. Les fans de « Nos étoiles contraintes » ont probablement adoré cet ouvrage qui leur donne à connaitre un peu plus intimement Esther/Hazel. J’ai eu beaucoup de mal à le lire jusqu’au bout malgré l’humour qui le traverse d’un bout à l’autre et la force de l’héroïne. A la fois parce que je me sentais un peu voyeuse et parce que je me refusais à m’identifier à ses parents. Comment ont-ils pu supporter un tel chagrin ? J’admire leur courage et leur volonté de perpétuer sa mémoire à travers l’association TSWGO qui aident financièrement les familles dont un enfant est atteint du cancer. D’ailleurs, un euro est reversé à cette association à chaque achat.

    Ce récit est classé par Nathan en jeunesse. Il n’est cependant pas donné à tous de le lire. A chacun de savoir s’il est fait pour lui ou non.

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline
    Vendredi 25 Août à 13:18
    Je ne tenterai pas cette lecture ...Peut-être plus tard ...
    2
    Vendredi 25 Août à 19:07
    gambadou

    Un peu dur peut-être

    3
    Vendredi 25 Août à 21:24

    Ton billet me fait penser que je n'ai pas encore lu "Nos étoiles contraires". 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :