• L'enlèvement, Claudine HOURIET

    L'enlèvement, Claudine HOURIETUn enlèvement extraordinaire. Celui d’une fillette de douze ans dont la mère refuse la mort accidentelle. Malgré la pression des siens qui tentent de lui faire accepter la douloureuse réalité, dans un déni total, elle arrache littéralement l’enfant au trépas et s’enfuit à travers le monde avec celle qui n’a de réalité tangible que pour elle. Pour tous ceux qu’elle côtoie, Marielle n’existe pas. Le périple qui aurait dû être idyllique tourne au cauchemar, à l’affrontement, l’enfant grandie finissant par se rebeller et refuser la pseudo-existence qui lui est imposée. C’est à Cordoue que se déroulera l’ultime étape de cette équipée tragique.

    Mon avis :

    En débutant ce roman, j’ai craint qu’il ne verse dans le pathos. Il n’en est rien. Ce récit m’a touchée et quelquefois fait monter les larmes aux yeux. Mais l’écriture tendre, tout en retenue, drôle parfois de Claudine Houriet est juste.

    Tour à tour, Clara, la mère, Fabien, le père et Marielle prennent la parole. Ces confidences croisées vont peu à peu dresser la situation, les liens qui unissent chacun, les émotions et les convictions qui les habitent.

    Tout homme a deux certitudes : il est né et un jour il mourra. Est-il irrationnel de penser qu’il existe un au-delà ? Et un état entre la vie et la mort ? Ce sont ces thèmes que développe Claudine Houriet dans son roman.
    Pour sa famille, Clara est dans le déni, continuant à vivre comme si Marielle était toujours vivante. Mais pour Clara, Marielle est bien présente. Elle la voit, elle lui parle et celle-ci lui répond. Forte de cette relation qui se perpétue au-delà de la mort, Clara reprend une vie aussi normale que possible alors que son mari n’est que douleur. Peu à peu, cette situation va les éloigner l’un de l’autre et malgré l’amour qui les unit, elle aura raison de leur couple.
    Chacun cherchant à surmonter sa peine à sa façon, ils vivront successivement des moments de joie et d’abattement qu’ils n’auraient jamais pensé vivre. De belles rencontres aussi.
    Marielle, elle, n’a rien demandé. C’est l’amour inconditionnel de sa mère qui la maintient dans cet entre-deux mondes. Elle lui reproche de ne pas avoir tenu compte de son avis et déteste se sentir écartelée, à la fois morte et vivante.

    Claudine Houriet parvient à rendre cette histoire, originale et quelque peu fantastique, plausible. Elle semble aimer cet univers fantomatique qu’elle décrivait déjà dans « Une aïeule libertine ». Au-delà du surnaturel, elle apporte une réflexion sur la manière dont chacun fait son deuil et surmonte une telle épreuve. Elle aborde aussi avec tact les bouleversements qui découlent de la perte d’un être cher et réussit à transmettre au lecteur son empathie pour ses personnages qu’elle décrit avec justesse.

    J’ai aimé l’écriture élégante de l’auteure qui nous offre une palette d’émotions vraies et la psychologie travaillée de ses personnages que l’on découvre par petites touches, comme un tableau dont les détails ne se dévoileraient pas au premier coup d’œil.

    Ne vous laissez pas rebuter par le sujet. Découvrez plutôt un style, une écriture, des émotions qui en valent la peine.

     

    L'enlèvement, Claudine HOURIET9e

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Amarilly
    Lundi 3 Octobre 2016 à 11:55

    Un roman qui me tente après ce beau billet. Je vais me renseigner. Merci.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :