• Les harmoniques, Marcus MALTE

    Les harmoniques, Marcus MALTEVera est morte assassinée. Brûlée vive.
    Mister, le pianiste, l'aimait, comme elle aimait sa musique. Il veut comprendre : qui l'a tuée ? Pourquoi ? Avec son ami Bob, chauffeur de taxi philosophe et polyglotte, il cherche, tâtonne, interroge et remonte peu à peu le fil de la jeune vie de Vera, jusqu'aux rives lointaines du Danube, jusqu'aux charniers des Balkans... Rythmée par les grands standards du jazz, l'enquête des deux hommes fera ressurgir les notes cachées de ces crimes dont personne ne veut parler.
    Plus qu'un roman, c'est une ballade qui se joue ici. Un long blues nostalgique et envoûtant en même temps qu'un poignant chant d'amour et de rage.

    Mon avis :

    Un pianiste de jazz surnommé Mister ; son seul ami Bob, prof de philosophie reconverti en taximan dilettante ; une jeune comédienne assassinée ; les caves de Paris où se jouent chaque soir des concerts intimistes ; la guerre en ex-Yougoslavie et ses réfugiés… voilà le décor et les personnages de ce roman de Marcus Malte.

    Auteur de nombreux policier, de nouvelles et de romans jeunesse, Marcus Malte est également musicien. Cela se sent. Non seulement ce roman parle de jazz, mais son écriture en a le rythme, le tempo. Il débute d’ailleurs par une sélection musicale de morceaux à écouter pour prolonger la lecture. Chacun d’eux servant de titre à un chapitre de l’histoire. De grands standards du jazz, de Herbie Hancock à Miles Davis en passant par Nina Simon, Stan Getz et tant d’autres.
    Quelques pages écrites en italique s’insèrent entre les chapitres. Un narrateur externe nous y conte la vie de Véra, pléthore de souvenirs épars et d’instants rares volés à l’atrocité du quotidien. Plus on découvre sa vie, plus le gris s’installe, voilant peu à peu la lumière.
    L’intrigue linéaire n’est pas complexe, le cadre historico-politique l’est davantage. Tout au long de leur quête de la vérité, Mister et Bob vont plonger au cœur des réminiscences de la guerre en ex-Yougoslavie. Confessions des uns, souvenirs des autres, témoignages… vont les confronter à l’indicible horreur de ce conflit et à la lâcheté de ceux qui ont laissé faire. Ainsi le récit du siège de Vukovar, là où tout a commencé.

    Au fil de l’enquête, Mister et Bob pianotent sur une gigantesque machination politico-véreuse. Plusieurs fois, une émotion forte nous étreint. En quelques mots judicieusement choisis, Marcus Malte dépeint la violence et l’horreur avec une telle justesse, que les images apparaissent sous nos yeux. Composition virtuose implacable. Inutile d’en dire trop, il n’a pas besoin de décrire par le menu pour se faire comprendre. Et l’on est touché, en empathie avec Véra et les autres.
    La violence, l’amour, le sexe, la passion, la révolte, la violence composent ce roman noir, comme tous les grands standards du jazz…

    Quant aux harmoniques, ce sont les notes derrière les notes. Ce qui reste quand la musique s’arrête, comme un écho qui ne meurt jamais. Un même sentiment subsiste après la lecture de ce roman. Plusieurs jours après l’avoir refermé, on ressent encore la vibration des personnages à nos côtés, et la force de leurs propos résonner à nos oreilles.

    Un roman qui m’a beaucoup plu et me donne envie de poursuivre ma découverte de l’auteur. 

     

     Les harmoniques, Marcus MALTE

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Asphodèle85
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 22:25
    Asphodèle85

    Je suis contente qu'il t'ait plus, ce n'est pas mon préféré de lui, je conseille Garden of Love mais c'est son roman le plus maîtrisé ! Sinon j'ai lu Intérieur Nord, des nouvelles magnifiques (chronique à venir) et surtout un roman jeunesse de 100 petites pages absolument bouleversant : "il va venir", je te le recpmmande si tu le trouves en bibli !

    Bises Argali !!!♥

    2
    Vendredi 19 Juillet 2013 à 22:35

    J'ai noté "Garden of love" dont tu m'avais parlé. J'attends un peu car j'ai alourdi ma PAL en bouquinerie cet après-midi.

    3
    Dimanche 21 Juillet 2013 à 14:33
    Manu/Chaplum

    J'ai aussi adoré Garden of Love. Il faudrait moi aussi que je découvre d'autres titres de cet auteur !

    4
    Lundi 22 Juillet 2013 à 22:24
    Anne (desmotsetdesno

    Un livre que j'ai aussi dans le collimmateur !!

    5
    Mercredi 7 Août 2013 à 10:27
    gruz
    ce roman est en effet magnifique et, comme tu le dis si bien, il en reste des traces bien après la fin de la lecture.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Mercredi 7 Août 2013 à 12:41
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :