• Nirliit, Juliana LEVEILLE-TRUDEL

    Nirliit, Juliana LEVEILLE-TRUDELUne jeune femme du Sud qui, comme les oies, fait souvent le voyage jusqu’à Salluit, parle à Eva, son amie du Nord disparue, dont le corps est dans l’eau du fjord et l’esprit, partout. Le Nord est dur – «il y a de l’amour violent entre les murs de ces maisons presque identiques» – et la missionnaire aventurière se demande «comment on fait pour guérir son cœur». Elle s’active, s’occupe des enfants qui peuplent ses journées, donne une voix aux petites filles inuites et raconte aussi à Eva ce qu’il advient de son fils Elijah, parce qu’il y a forcément une continuité, une descendance, après la passion, puis la mort.

    Mon avis :

    Recommandé par ma libraire québécoise, Nirliit est le premier roman de Juliana Léveille-Trudel. Travaillant dans le domaine de l’éducation au Nunavik depuis 2011, elle nous parle de situations qu’elle côtoie au quotidien et cela confère au récit un accent de sincérité indéniable.

    L’action se déroule à Salluit, sur les rives de la baie d’Ungava dont elle nous fait de magnifiques descriptions. Les paysages sont grandioses dans ce Nord mais la vie est rude et impitoyable, comme le climat, ce qui nous offre des pages tout en contrastes.

    La narratrice revient à Salluit, s’occuper des enfants comme tous les étés. (Nirliit « oie » en inuktitut, ces grands oiseaux migrateurs.) Mais cette fois, son amie Eva n’est pas là pour l’accueillir. Disparue ? Assassinée ? Qui s’en soucie ? Elle lui manque terriblement et lui confie ses pensées, comme un compte rendu de la vie au village. Des conditions de vie inacceptables. Sans espoir, sans avenir.
    Désœuvrés, les Inuits s’abrutissent d’alcool qui réchauffe le corps et panse un temps les plaies de l’âme. L’ivresse est cause de bagarres, d’accidents, d’abus de toutes sortes... L’ennui pousse les jeunes dans les bras les uns des autres prématurément et de toutes jeunes filles mettent au monde des enfants qu’elles n’élèveront pas pour la plupart, les confiant à d’autres. Ils appartiennent à tout le village, les enfants. Les femmes, elles, sont attirées par la peau claire des Blancs qui viennent travailler quelque temps à Salluit. Ils sont une possibilité d’ailleurs, d’une autre vie. Un peu de bonheur peut-être.

    Ils appartiennent au village, les enfants. Mais tout le monde ne les protège pas. La narratrice prend Eva à témoin et crie sa révolte et sa colère de voir le sort réservé aux filles, parfois des fillettes encore. Tout le monde sait. Tout finit toujours par se savoir. Mais on garde le silence, on fuit la vérité devant ces existences gâchées, sacrifiées.

    Juliana Léveillé-Trudel raconte la vie brute des Premières Nations, ne déguise pas la réalité. Son regard est à la fois implacable et tendre, lucide et gonflé d’amour. Et cela en fait un témoignage dur, précieux et nécessaire. Sa proximité lui donne toute crédibilité et fait de son récit une lecture saisissante et indispensable. Un cri d’amour pour un peuple qui se meurt et qu’elle voudrait vivant.

    Superbe.

        

    Nous vivons dispersés sur cet énorme continent, dans des villes et des villages qui portent de jolis noms à faire rêver les Européens, de jolis noms qu’on s’empresse de traduire parce que nous sommes si fiers de savoir que « Québec » veut dire « là où le fleuve se rétrécit » en algonquin, que « Canada » signifie « village » en iroquois et que « Tadoussac » vient de l’innu et se traduit en français par « mamelles ». Nous avons de jolis mots dans le dictionnaire comme toboggan, kayak et caribou, il fut une époque où des hommes issus des générations de paysans de père en fils entendaient l’appel de la forêt et couraient y rejoindre les « Sauvages », il fut un temps où nous étions intimement liés, nous avons la mémoire courte, hélas.

     

    Rivière Foucaud, marée basse. Un champ de roches s’étend du fjord jusqu’au creux de la toundra, entre les deux falaises qui bordent Foucaud la magnifique. Du sable blond vient lécher le fond boueux du cours d’eau temporairement asséché pendant que le soleil fait du fjord un océan d’or, brillant, brillant à s’en arracher les yeux. (...) Il y a des jours où je ferais mon nid dans la toundra, entre le fjord aveuglant et la rivière qui fend le roc de son assurance tranquille, les jours de soleil et de marée basse à la rivière Foucaud.

     

     Nirliit, Juliana LEVEILLE-TRUDEL

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Mars 2016 à 21:59

    Très tentante ! 

    2
    Jeudi 3 Mars 2016 à 22:39
    krol

    Très beau billet qui donne très envie de découvrir ce premier roman.

    3
    Jacqueline
    Vendredi 4 Mars 2016 à 09:36

    Ton billet touche en plein coeur .... alors que doit réserver ce roman, je peux l'imaginer .....:)

    4
    Dimanche 6 Mars 2016 à 17:54

    Excellent billet. Une lecture incontournable.

    5
    PASCAL ET CHANTAL
    Mercredi 13 Septembre à 09:05

    Bien le bonjour de la Maison du Québec de Saint Malo.

    CONTINUE A NOUS FAIRE REVER.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :