• Police, Hugo BORIS

    Police, Hugo BORISIls sont gardiens de la paix. Des flics en tenue, ceux que l’on croise tous les jours et dont on ne parle jamais, hommes et femmes invisibles sous l’uniforme.
    Un soir d’été caniculaire, Virginie, Erik et Aristide font équipe pour une mission inhabituelle : reconduire un étranger à la frontière. Mais Virginie, en pleine tempête personnelle, comprend que ce retour au pays est synonyme de mort. Au côté de leur passager tétanisé, toutes les certitudes explosent. Jusqu’à la confrontation finale, sur les pistes de Roissy-Charles-de-Gaulle, où ces quatre vies s’apprêtent à basculer.

    Mon avis :

    Quand se rend-on compte que nos certitudes s’effritent ? Que notre vie ne sera jamais plus la même ?
    Virginie, Erik et Aristide, policiers à Paris dans la même brigade, vont être chargés d’une mission imprévue. La canicule, leurs difficultés personnelles, la fatigue... les mettent à fleur de peau. Particulièrement sensible, Virginie va laisser ses sentiments influencer sa vision des choses, outrepassant sa mission. Son attitude fera tâche d’huile auprès de ses collègues, dans un huis clos tendu où les émotions et pensées de chacun s’expriment tour à tour.

    Sans être indifférent, peut-on se sentir responsable du sort d’un étranger ? Cet homme résigné, apeuré, fragile, cet humain à peine croisé, qu’a-t-il de plus qu’un autre pour les bousculer ainsi ?
    Il est juste bouleversant cet Asomidin Tohirov, ce Tadjik muet dont la présence emplit l’habitacle et pèse sur le récit d’un bout à l’autre. Intensément.

    La tâche des policiers c’est d’obéir et d’agir en respectant les règles. La consigne, seulement la consigne. On ne leur demande pas de penser, encore moins d’avoir des états d’âme. S’ils craquent c’est toute la hiérarchie qui se fissure. Peuvent-ils faiblir ?

    Ce roman criant d’actualité met en exergue l’aspect humain d’une telle mission. Aspect sur lequel les médias insistent rarement, parlant chiffres plutôt que personnes. Or de part et d’autre, nous avons des hommes et des femmes avant tout, très souvent mis à rude épreuve. L’atmosphère oppressante de cette soirée d’été, particulièrement bien décrite, nous rend proche d’eux.
    Le style d’Hugo Boris est fluide, calme, posé, comme son huis-clos, mais les mots sont forts, précis, acérés. La justesse de son propos est saisissante. Il aborde un sujet grave sans juger. Il pose des questions, lance des pistes de réflexion mais n’accable personne. En parallèle, il dépeint les relations complexes des policiers : amitié, séduction, machisme, respect de la hiérarchie et tentation d’humanisme à l’encontre des règles. Tout sonne vrai.

    Petit bémol, la fin un peu abrupte. Mis à part cela, ce roman est captivant jusqu’au bout et met parfaitement en lumière la rude fonction des policiers en uniforme.

    Un très bon moment de lecture.

     

    Police, Hugo BORIS11e

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 15 Octobre 2016 à 10:04
    krol

    Deuxième avis positif que je lis. Le thème ne m'attire pas plus que ça mais vos avis m'incitent à vouloir le découvrir.

    2
    Samedi 15 Octobre 2016 à 10:27
    niki

    ça a l'air pas mal en effet - sur la liste donc ! ^^

    3
    Samedi 15 Octobre 2016 à 18:34

    J'ai très envie de le découvrir !

    4
    Samedi 15 Octobre 2016 à 21:42

    Un livre que je ne connais pas, mais que j'ai déjà rencontré plusieurs fois sur les blogs.

    Bon dimanche qui devrait être ensoleillé. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :