• Raisons obscures, Amélie ANTOINE

    Raisons obscures, Amélie ANTOINEDeux familles ordinaires à l’heure de la rentrée scolaire.
    Deux familles où chacun masque et tait les problèmes pour ne pas inquiéter les autres.

    Deux familles où règnent des secrets.

     

    Mon avis :

     

    J’ai lu ce roman sur les conseils de mon époux et de @lafeelit qui m’a aussi incitée à ne pas lire la 4e de couverture avant. Et elle avait raison. Il faut entrer dans ce roman sans rien savoir de plus que ce que j’ai écrit ci-dessus. Je vais donc tenter de vous en parler sans rien dévoiler de l’histoire. Ainsi on apprécie mieux les émotions distillées par ce récit.

    Deux familles, cinq adolescents, neuf vies qui se côtoient, se mêlent, s’opposent, s’aiment et se déchirent. Impossible de ne pas se reconnaître dans l’un ou l’autre des personnages. Peu à peu on entre dans l’intimité des familles. La famille de Yanis Kessler a déménagé de Toulouse dans le nord, pour la ville d’où est originaire Laetitia, la mère. Elle compte deux filles, Marjorie et Orlane et un garçon, Ezio, qui ne sont pas très heureux de ces changements. La famille Mariani vit dans la même ville. Claire, la mère, a quitté son emploi pour s’installer à son compte et travaille à la maison. Avec son mari Frédéric, ils ont une fille, Sarah et un fils, Clément. En juin, on a diagnostiqué à Sarah le diabète. Toute la famille s’en trouve bouleversée.

    L’histoire commence à la rentrée des classes et l’on suit chaque cellule familiale de mois en mois jusqu’en juin. Dans la deuxième partie, on repart de la rentrée et on suit le quotidien d’un ado de chaque famille, jetant un regard personnel sur les événements familiaux.

    J’avoue que la première partie où l’auteure installe le cadre et les personnages m’a laissée perplexe. Je me demandais où Amélie Antoine voulait nous emmener. Elle décrit bien les petits bonheurs et tracas d’une famille, la routine, l'école, le voisinage, les préoccupations professionnelles… Mais je ne voyais pas vers quoi ce qu’elle tissait lentement nous dirigeait. Et puis arrive la deuxième partie où les ados prennent la parole. Deux voix s’expriment en alternance sur la vie familiale, les relations fraternelles, le collège, les premières amours, les copains… Bref ce qui fait le quotidien des jeunes. Et là, tout s’éclaire. On découvre les non-dits, la difficulté de faire sa place dans la famille, les rêves, les déceptions, les mots blessants, la souffrance, la solitude, la difficulté d’être différent…

    Si l’écriture simple et le style un peu journalistique de l’auteure ne m’ont pas séduite et si le roman comprend nombre d’erreurs de concordance des temps, rendant un peu longue la première partie, j’ai été happée par l’histoire ensuite. On sait, dès les premières lignes du livre, que quelque chose va arriver. On ne sait ni quoi, ni à qui. Et quand cela éclate, on est pétrifié par l’émotion, incapable d’arrêter la lecture avant de savoir. On n’a rien vu venir jusque-là et même si on craint que l’issue ne soit tragique, on espère que non, qu’un happy end viendra rétablir la situation. On avance dans la lecture le cœur serré… jusqu’à la fin.

    Un roman implacable sur les non-dits et les faux-semblants, sur les apparences trompeuses et sur la cécité et l’inertie de chacun. Une vraie gifle.

    Ne cherchez pas à en savoir davantage avant de lire ce livre. Foncez. Il vous clouera sur place, interdit.

     

     

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jacqueline
    Vendredi 26 Juillet 2019 à 07:39
    Je partage ton avis ..... et surtout je n'aurais pas dû lire la 4ème de couverture .....
      • Vendredi 26 Juillet 2019 à 11:05

        Oui, ça gâche tout. Je l'ai lue après et j'étais contente d'avoir écouté Sophie.

    2
    Vendredi 26 Juillet 2019 à 09:23
    Fanny

    Je ne m'en suis toujours pas remise... quelle (énorme) claque!

      • Vendredi 26 Juillet 2019 à 11:06

        Ca, je ne m'y attendais pas. Dommage que ce soit si long à démarrer vraiment.

    3
    Vendredi 26 Juillet 2019 à 10:05
    eimelle

    j'ai eu du mal à entrer dedans, mais ensuite, waouh!

      • Vendredi 26 Juillet 2019 à 11:06

        Exactement.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Vendredi 26 Juillet 2019 à 21:42

    Une auteure que je commence à rencontrer un peu partout...

    Bon weekend avec de la pluie, j'espère ! 

    5
    Dimanche 28 Juillet 2019 à 14:17
    Alex-Mot-à-Mots

    Le style journalistique me fait hésiter, je n'apprécie pas du tout en littérature.

      • Dimanche 28 Juillet 2019 à 18:33

        Le style m'a gênée aussi, je te comprends.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :