• Pietra viva, Léonor DE RECONDO

    Pietra viva; Léonor DE RECONDOMichelangelo, en ce printemps 1505, quitte Rome bouleversé. Il vient de découvrir sans vie le corps d’Andrea, le jeune moine dont la beauté lumineuse le fascinait. Il part choisir à Carrare les marbres du tombeau que le pape Jules II lui a commandé. Pendant six mois, cet artiste de trente ans déjà, à qui sa pietà a valu gloire et renommée, va vivre au rythme de la carrière, sélectionnant les meilleurs blocs, les négociant, organisant leur transport. Sa capacité à discerner la moindre veine dans la montagne a tôt fait de lui gagner la confiance des tailleurs de pierre…

    Mon avis :

    « La mort fait l’éloge de la vie comme la nuit celle du jour. »
    La mort inaugure le récit de Léonor de Récondo avec celle du bel Andrea. Bouleversé, Michel-Ange renonce à la dissection et s’enfuit pour Carrare. Dans son bagage, il emporte un livre de Pétraque, offert par Laurent de Médicis, son carnet à croquis et la bible d’Andréa que celui-ci lui a léguée. Arrivé à Carrare, il se jette corps et âme dans le travail. Il n’a qu’une seule idée : chercher la « pietra viva », la pierre vivante « pour la transformer en peau, pour qu’elle ne soit plus que chair et tissu. » Il ignore encore qu’il vivra là-bas un chemin initiatique qui va le réconcilier avec lui-même et l’ouvrir aux autres.

    Ce troisième roman de Léonor de Récondo parle de la vie, de l’enfance, de l’amour, de la beauté et de la mort.
    La mort : d’Andrea, de Susanna, d’un carrier…
    La beauté : d’Andrea, d’une jument blanche, d’une main sculptée dans un rifiuto…
    L’amour : d’Andrea, de Michele, de Cavallino, de sa mère…
    L’enfance de Michel-Ange et de Michele, son « double négatif »…
    La vie qui l’entoure, le happe, plus forte que la mort ; la vie qu’il capte pour l’insuffler dans ses dessins et ses sculptures…

    Ce récit magnifique met aussi l’accent sur le travail de mémoire. Michel-Ange, grâce à Michele, un jeune enfant plein de vie, va plonger dans ses propres souvenirs et ouvrir lentement la boite des secrets oubliés. Il avance sur le chemin de la réconciliation, avec lui-même, avec son passé d’enfant triste - orphelin trop tôt - et d’homme désorienté par la mort précoce du jeune Andrea. On le voit se transformer de chapitre en chapitre, passant de l’ombre à la lumière, dès qu’il accepte d’explorer ses émotions.

    Plus qu’un récit sur l’artiste, ce roman excellemment documenté, nous donne à voir l’homme. Derrière les apparences, la rudesse, l’orgueil, on appréhende les failles. Léonor de Récondo y glisse Michele, l’innocence même, la pureté, qui révèlera l’homme à lui-même. L’alternance d’un narrateur externe et de la voix de Michel-Ange nous permettra d’être témoin de ces changements « de l’intérieur » et de découvrir ainsi l’évolution de son état psychologique.

    L’écriture précise et délicate de Léonor de Récondo est en symbiose avec l’histoire. Elle sculpte ses phrases, ôtant le trop plein de matière pour ne laisser que l’essentiel, dans une syntaxe pure, sans fioriture. Et l’émotion passe.

    Un très beau récit, empli de vie et de poésie. Un coup de cœur de plus en cette rentrée.

    L'avis de Mina et de Jostein
    Ma rencontre avec Léonor De Récondo ici

     

    Pietra viva, Léonor DE RECONDO19e

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Novembre 2013 à 08:02
    Mina M

    Nous avons retenu la même citation pour notre article. Ca n'a pas été un coup de coeur pour moi, bien que je rejoigne tout à fait ton avis et tes remarques : le coeur n'y était pas. J'espère que d'autres seront séduits par ton article et auront envie de découvrir ce si beau roman.

    2
    Dimanche 17 Novembre 2013 à 08:52

    Oui  je m'en suis rendu compte. J'ai d'abord rédigé l'article avant d'en lire d'autres et j'ai vu cette citation à plusieurs reprises. Peut-être est-ce le fait d'abord entendu l'auteur parler de l'écriture du roman, de sa plongée dans le passé... mais ce roman a su me toucher, effectivement.

    3
    Dimanche 17 Novembre 2013 à 09:32

    j'ai beaucoup aimé aussi

    4
    Dimanche 17 Novembre 2013 à 10:00
    eimelle

    une lecture que j'ai bcp appréciée également!

    5
    Dimanche 17 Novembre 2013 à 12:37
    Anne (desmotsetdesno

    Vous me devez envie de revenir à Leonor De Recondo, j'tais un peu restée sur ma faim avec Rêves oubliés. Bon, je le croiserai bien un jour en bibliothèque (à moins qu'il ne saute dans un sac de librairie...)

    6
    Dimanche 17 Novembre 2013 à 19:27
    Les livres de George

    Je le note, j'en entends beaucoup de bien et ton billet donne très envie.

    7
    Mercredi 20 Novembre 2013 à 22:03

    J'ai apprécié mais ce n'est pas un coup de coeur pour moi. 

    Bonne fin de semaine. Demain formation et vendredi conférence. La semaine est faite! 

    8
    Mercredi 27 Novembre 2013 à 08:12

    Je le lirai certainement un jour....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :