• Il y a presque 14 ans que mon blog existe et vous continuez à me faire confiance jour après jour et à réagir à mes publications.

    Aujourd'hui, mon blog affiche plus d'un million de visites depuis son ouverture et aujourd'hui, il y a eu pas moins de 3154 visiteurs. Le blog ne comptabilise qu'une fois les visites journalières. Je vous suis donc infiniment reconnaissante pour votre fidélité et vos partages. 

    Je tâcherai d'être à la hauteur pour la suite.

     

    Merci à tous !

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    11 commentaires
  • Aborder la peinture en classe de français

     

    Suite au travail sur Magritte, les élèves de 2e ont découvert d'autres artistes célèbres. 

    Ils ont choisi parmi une trentaine d’ouvrages le peintre qu’ils souhaitaient étudier.

    Ils ont dû chercher des informations sur l’artiste pour établir sa carte d’identité puis sur son style et le courant artistique dans lequel il s’inscrit.

    Un premier travail a été rendu, une synthèse de leur lecture, puis une présentation orale a eu lieu devant la classe.

    Aborder la peinture en classe de français

     

    Enfin, en vue d’une exposition pour les Portes Ouvertes du D1, ils ont imaginé des panneaux présentant l’artiste choisi et quelques œuvres qu’ils apprécient.

    Ce fut un travail de longue haleine, en lien avec le cours de projet qu’ils ont dans leur grille horaire. Ce ne sont pas des jeunes qui aiment lire et certains rencontrent des difficultés avec la lecture mais tous s’y sont mis et finalement, ils ont apprécié se dépasser et en apprendre plus sur les peintres et sculpteurs choisis.

     

    Quant à leur « exposition » elle a attiré les encouragements de ceux qui l’ont vue et cela les a rendu fiers.

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Ca brille encore, Bénédicte LOTOKOFille unique d’un père fou et d’une mère absente, Clotilde a trouvé dans sa chambre envahie de livres un abri à ses tourments. Livrée à elle-même depuis l’enfance par son père, blanc, issu d’une riche famille belge, Clotilde cherche, à travers la littérature, à combler le vide laissé par sa mère congolaise.

    Mais en ce début d’été, un coup de foudre la surprend et son équilibre vacille. Les Fragments d’un discours amoureux accompagnent sa dérive dans les rues de sa ville natale, Bruxelles.

     

    Mon avis :

     

    Clotilde est une jeune femme en souffrance : une enfance difficile entre une mère absente et un père malade mais aimant, une vie faite d’errance au sens propre et au sens figuré… Elle mène une vie sur le fil où rien n’est vraiment stable.

    Et partout présente, Bruxelles, sa ville, son roc, son phare. La seule chose qui la tienne debout. Clotilde la parcourt de long en large et décrit le trajet qu’elle suit. Elle dépeint les lieux et s’attache à retrouver dans son passé les souvenirs qui y sont attachés.

     

    Le premier roman de Bénédicte Lokoto est percutant et désenchanté. L’écriture de l’auteure est ciselée et directe. Son récit n’évacue aucune souffrance de son héroïne, de ses questionnements ou de ses insécurités. Abandonnée par sa mère retournée au Congo, elle est confrontée quotidiennement au passé colonial de la Belgique et l’envie de trouver ses racines. La littérature l’aide à trouver son équilibre.

    Clotilde est une femme d’aujourd’hui, parfois excessive, passant de l’énergie folle à la déprime profonde. Une jeune femme en recherche d’elle-même.
    Un premier roman prometteur.

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Seul le mensonge est vrai, Malik SAML’histoire commence dans le camp de Choucha en Tunisie. Nour y arrive un jour, seule. Observatrice, perpétuellement aux aguets, silencieuse, elle se méfie de tous. Dans le camp, cohabitent des migrants, venus de pays divers, des passeurs qui promettent monts et merveilles pour de l’argent ; des hommes qui font régner la terreur par la violence, la brutalité, les viols ; des soldats du HCR, mal payés, corrompus parfois ; un médecin de MSF, revenu de tout…

    Nour est originaire du Bénin. Elle rencontre assez tôt Loubna, une Syrienne, qui la tire d’un mauvais pas et l’aide à s’adapter. Loubna est rebelle, volontaire et dangereuse car elle prend des risques inconsidérés. Nour et Loubna c'est l'union du feu et de la glace.

    Tous ces êtres humains ne pensent qu’à fuir la guerre, la misère, la famine. Ils se retrouvent entasser dans des camps, sans confort, sans hygiène, sans nourriture parfois. Lampedusa est leur El Dorado. S’ils savaient…

     

    C’est un récit dur et édifiant que celui de Malik Sam. Un premier roman qui parle vrai, ne s’encombre pas de fioritures et nous raconte la vie de ces personnes telle qu’elle est. On comprendra le parcours de Nour de chapitre en chapitre, par petites touches révélant les informations sur son passé avec parcimonie. Elle veut fuir le rejet, la honte, l’humiliation. Elle veut pouvoir marcher la tête haute, ne plus subir et être qui elle est. On découvrira la réalité des camps, des affres du voyage vers la liberté… ou la mort et l’indifférence du monde pour ce qui se joue là-bas au loin. La vie de ces migrants n’est que violence, haine et épreuves et n'intéresse personne.

     

    J’ai aimé le style de l’auteur, ses phrases courtes, dures, tranchantes lorsqu’il raconte la rudesse des rapports humains et les scènes de violence. Ses métaphores, ses rondeurs quand il décrit un ciel étoilé ou la mer qui ondoie au soleil. Un style au service d’une histoire forte qui se lit en apnée et dont on est heureux de sortir vivant.

    Une lecture indispensable.

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Forrest Gump, Winston GROOM« Etre idiot, c’est pas un cadeau, vous pouvez me croire » dit Forrest Gump. Peut-être, mais cela ne l’empêche pas de devenir successivement star d’une équipe de football universitaire, héros de la guerre du Vietnam, fantastique joueur d’harmonica ou encore champion de ping-pong, et même astronaute pour la NASA. Tout au long de ces extraordinaires aventures, Forrest accumule les gaffes les plus retentissantes, observant la folie du monde avec l’ingénuité d’un enfant et une résilience hors du commun.

     

    Mon avis :

     

    « La vie c’est comme une boite de chocolat. On ne sait jamais sur quoi on va tomber. »

    Tout le monde connait cette phrase mythique tirée du film « Forrest Gump ».

    Avant d’être un film à succès, que tout le monde a vu une fois dans sa vie, « Forrest Gump » est un roman écrit par Winston Groom et publié en 1986 racontant la vie de son personnage éponyme qui traverse le XXe siècle en vivant tous les grands événements de celui-ci.

    Offert il y a quelques mois, j’ai eu envie de le sortir de ma PAL pour les congés de Noël. J’avais envie de bienveillance et de douceur.

     

    Il n’est pas aisé de plonger dans un roman après avoir vu le film (plusieurs fois) surtout quand on a adoré celui-ci. Il commence par l’enfance de Forrest au cœur de l’Alabama, ses années d’école, sa relation naissante avec Jenny et son incroyable rapidité à la course.

    Je ne vais pas vous en faire tout le résumé. Vous connaissez l’histoire comme moi.

     

    Ce que vous ignorez peut-être c’est que le film est cent fois meilleur que le livre. Oui, c’est rare. C’est souvent l’inverse qui se passe.

    L’histoire est émouvante et la vision du monde à travers les yeux d’un simple d’esprit est touchante et candide. Sur ce point, roman et film se rejoignent. Cependant, les personnages ont des caractères différents et les (més)aventures de Forrest ne sont pas les mêmes. De plus, plusieurs petites choses m’ont agacée : les tournures de langage répétitives, des longueurs (lors de la guerre du Vietnam notamment), des exagérations… qui font que j’ai trouvé par moment Forrest hyper agaçant. Je ne l’aurais jamais cru.

     

    Je suis contente d’avoir découvert le roman mais je vous assure, regardez le film, il est supérieur au livre. Zemeckis en a fait un petit chef d’œuvre, ne gardant que le meilleur et Tom Hanks a donné une âme à ce héros ingénu et hors normes.

     

    C’est tout ce que j’ai à dire avec ça.

    Pin It

    1 commentaire
  • Pin It

    7 commentaires
  • J’adore lire et découvrir de nouvelles histoires, de nouvelles plumes. Mais au fil du temps, il est plus difficile de trouver des coups de cœur. J’ai lu de très bons romans, des histoires qui m’ont touchée mais il m’en faut plus, parfois un rien, pour que ce soit un coup de cœur.

     

    Cette année cinq livres ont été retenus :

     

    La librairie sur la colline, Alba Donati

    Musée, Christophe Chabouté (roman graphique)

    Une minute de silence, Siedfried Lenz

    HeLa, Aliénor Debrocq (théâtre)

    L'affaire de l'île Barbe, Stanislas Petrosky

     

    Des styles divers, des genres littéraires différents, des audaces, des histoires inattendues... je vous les conseille vivement.

    Et vous ? Quels ont été vos coups de cœur ?

     

    Pin It

    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires