• De Salvador à DaliPersonnage hors norme, génie, touche-à-tout, Salvador Dali a marqué son époque. Aujourd’hui encore, il influence nombre d’artistes dans divers domaines. Précurseur, avant-gardiste, fou... peu importe. Il ne laisse en tout cas personne indifférent.

    L’exposition qui lui est consacrée à Liège en ce moment présente une large diversité d’œuvres du maître. Tableaux, fusains, gouaches, lithographies témoignent autant de sa créativité débordante que les sculptures monumentales ou objets de décoration mis en avant et venant du monde entier. Des vidéos de l’artiste animent l’exposition, faisant résonner sa voix dans les salles et présentant différentes facettes de sa personnalité.

    On découvre ainsi la part prise par son frère défunt dans son œuvre ; frère dont il a hérité du prénom. Le thème du double et de la mort le hanteront sa vie durant.

    Son univers pictural est lié à l’enfance, aux troubles engendrés par ce double qu’il sentait vivre en lui. C’est aussi le moteur qui le poussera à se singulariser par tous les moyens créatifs possible. C’est aussi le poids de son éducation et des secrets de famille qui le feront s’intéresser à Feud, la psychanalyse et le subconscient, terrain privilégié du surréalisme.

    De Salvador à DaliDe Salvador à Dali

    Fasciné par Freud qu’il rencontrera en 1938, il trouve dans ses méthodes d’analyse des réponses à son problème d’identité et à ses obsessions. Il parvient ainsi à transformer sa paranoïa en méthode artistique et a développé toute une symbolique originale exprimant de manière cryptée ses propres obsessions telles les cyprès, les béquilles, les montres molles, les sauterelles ou les fourmis.

    De Salvador à DaliDe Salvador à Dali

    Dali est un passionné, un curieux qui lit, dévore, s’intéresse à tout. Guerre et politique, religion, sciences, rêves, psychanalyse, sexualité... sont autant de sujets sur lesquels il s’interroge et qui donneront lieu à des œuvres personnelles d’une grande profondeur.

    De Salvador à Dali

    Et puis il y a Gala, dont il tombe éperdument amoureux durant l’été 1929. Elle est alors mariée au poète Paul Eluard. En 1934, ils se marieront civilement et jusqu’à sa mort en 1982, elle restera son unique amour, sa muse, son mentor, son double.

    Conçue par Jacques Broun, décédé récemment, l’exposition Dali se veut exceptionnelle et elle l’est, à la fois par son envergure et la vision complète qu’elle donne de l’œuvre de l’artiste. Son cadre surréaliste « à la Dali » est un spectacle à lui seul, ses œuvres étant intégrées dans un gigantesque parcours scénarisé.

    « De Salvador à Dali » se veut une œuvre surréaliste à part entière en trois dimensions. Dans le style et l’esprit de l’artiste.
    A voir jusqu’en août 2016.

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    4 commentaires
  • La Foire du livre a donc fermé ses portes sur une 54e édition qui fut, je pense, une année de transition. La nouvelle direction ayant gardé des idées, concepts et façons de faire de l’ancienne et amorcé des changements (notamment la gratuité) qu’il faudra maintenant évaluer.

    Si je peux donner deux avis – on ne sait jamais que quelqu’un me lirait – je dirais qu’il faut vraiment revoir deux choses qui sont nettement à améliorer.
    Tout d’abord, l’acoustique. Ce grand hall résonne, ne permet pas l’intimité nécessaire à certaines rencontres et il est parfois très difficile d’entendre les interventions des participants d’un débat vu l’ambiance sonore du hall. Un autre endroit que Tour & Taxis ne pourrait-il pas être envisagé ?
    Ensuite, il est indispensable de repenser l’accueil des écoles. L’encadrement des classes est parfois inexistant et les gamins, courent, crient, se vautrent ou errent sans but à travers les allées, bien peu soucieux de ce qui se vit sur les lieux de rencontres. S’il me semble nécessaire d’amener les jeunes à la lecture, je ne crois pas que les lâcher, seuls, dans cette grande librairie soit la meilleure des façons.

    Bilan de ma Foire du LivreBilan de ma Foire du LivreBilan de ma Foire du LivreBilan de ma Foire du Livre

    Si le thème de la Foire, « Le bonheur à la page » ne m’attirait pas de prime abord, j’avais repéré plusieurs échanges qui m’intéressaient. Ainsi, vendredi j’ai assisté à « Ces femmes debout ! » sur la situation au Congo, poignant et édifiant ; la rencontre avec Richard Ford, invité d’honneur de la Foire ; « Du noir plein le Nord » avec Emmanuel Grand et Patrick Delperdange et « Polar, thriller, une vie hors du monde anglo-saxon ? » animé par Michel Dufranne. Un public attentif de connaisseurs -même s’il était un peu clairsemé en soirée- de l’émotion, des rires, des découvertes.
    Ce fut aussi l’occasion de retrouver la sympathique équipe des libraires québécois que je retrouve chaque année avec plaisir et qui nous conseillent si bien, Barbara Abel que j’ai reçue en classe récemment, de croiser Denis le Hibou, de rencontrer Valérie Cohen et Martin Michaud et de faire la connaissance de Jessica Livraddict.

    Une première demi-journée réussie.

     Bilan de ma Foire du LivreBilan de ma Foire du LivreBilan de ma Foire du LivreBilan de ma Foire du Livre

    Samedi, après avoir flâné dans les allées où j’ai rencontré mes libraires et bavardé avec Emmanuel Grand, j’ai assisté à une discussion passionnante entre auteurs belges dont le sujet était « Quand la Grande Guerre façonnait les destins ». Trois auteurs parlant de leur grand-père, dans la Première Guerre mondiale et des conséquences de ce conflit dans leurs vies et nos vies.
    Ensuite, j’ai participé à la lecture d’extraits de « Mon lapin » de Mathilde Alet. Une mise en voix très réussie de jolies pages de ce roman que j’avais beaucoup aimé. J’ai fait un saut chez Lily’s éditions où j’ai acquis le roman de deux auteurs belges bien sympathiques. Je suis repassée chez Luce Wilquin, saluer les auteurs que je connais et acheter le roman d’Alain Lallemand « Et dans la jungle, Dieu dansait ». J’y ai rencontré Nath et sa famille, les bras chargés de livres, et nous avons bavardé quelques instants trop brefs. J’ai retrouvé Jessica, animatrice hors pair d’un échange entre auteurs sur « Faire des choix pour atteindre le bonheur » puis assisté au Café sexo de Valérie Cohen et Julie Van Rompaey. Une expérience originale et un moment hors du temps.
    Imaginez 19 personnes (14 femmes, 5 hommes) qui ne se connaissent pas, âgées de 20 à 74 ans, rassemblées autour d’un thème : le sexe. Point de départ : une carte tirée au hasard et un partage possible à partir de ce qu’elle évoque (homosexualité, désir, fidélité, caresse...). Très naturellement, certains ont pris la parole, témoigné, confié, aiguillés avec doigté par les animatrices dans un climat de confiance et de respect qui m’a agréablement surprise. Un bon moment qui nous a même semblé un peu court.

    Bilan de ma Foire du Livre

    Pour clôturer en beauté cette journée, je suis allée diner avec des amis blogueurs : Fabienne et Denis, Sophie et Mathieu et Denis le Hibou. Nath nous avait déniché un super resto, très cosy, le cadre idéal pour abriter nos conversations et nos rires. Dommage qu’elle n’était pas des nôtres. Une excellente soirée et une tradition que nous sommes bien décidés à perpétuer.

     Bilan de ma Foire du LivreBilan de ma Foire du LivreBilan de ma Foire du LivreBilan de ma Foire du Livre

    Dimanche, la journée a débuté par une rencontre entre auteurs québécois sur le thème « Québec, pays poétique, poétique du pays ». J’y ai retrouvé Rodney Saint Eloy, poète et éditeur et découvert Elise Turcotte, romancière et poétesse ainsi que Tristan Malavoy, poète et auteur-compositeur-interprète qui vient de publier son premier roman. Nous étions hélas peu nombreux en cette heure matinale mais Anne était là, amoureuse des lettres québécoises elle aussi. J’ai ensuite enchainé deux rencontres fantastiques : celle de Philippe Claudel à propos de son livre « L’arbre du pays de Toraja », un regard vrai, optimiste et engagé sur notre société et ce qu’elle devrait être puis « La littérature au feu de l’Orient » regards croisés de Mathias Enard et de Nedim Gürsel sur les échanges culturels immémoriaux entre Orient et Occident. Trois intervenants que j’aurais pu écouter des heures.

    Après un repas partagé avec Anne et Mina, j’ai terminé ma Foire sur un point d’orgue : la conférence de Frédéric Lenoir sur « Le bonheur, la joie sont-ils dans le vivre ensemble ? » Une heure joyeuse qui aurait pu aussi se prolonger bien davantage sans me lasser.

    J’ai retrouvé avec joie les amis que la littérature m’a permis de rencontrer et même si le temps passé ensemble semble toujours trop court, le plaisir est bien présent à chaque fois. Je regrette cependant d’avoir raté certaines amies bloggeuses comme Cécile et Nadège. On a du se croiser, se frôler sans se voir et c’est bien dommage.

    Un bilan plus que positif donc pour cette 54e édition.


    Des articles plus détaillés paraitront bientôt sur les rencontres vécues.


     


     


     


    Yahoo! Blogmarks

    12 commentaires
  •  54e Foire du Livre de Bruxelles

     

    La 54e Foire du livre de Bruxelles est terminée pour moi. J’y ai passé de beaux moments.
    Cette année, la Foire changeait de visage : nouvelle direction, gratuité, thème universel et venue de nouveaux écrivains. Ensuite, en dehors de la Foire, la fête se poursuivait dans les rues de Bruxelles avec l’installation de bibliothèques éphémères ou des rencontres littéraires dans d’autres lieux que Tour et Taxis. De plus, cette année, un échange s’est organisé entre la FLB et Quais du Polar. Des animateurs d’ici et là-bas ayant participé aux animations et rencontres. Il en sera de même en avril à Lyon.

    54e Foire du Livre de Bruxelles54e Foire du Livre de Bruxelles54e Foire du Livre de Bruxelles


    Souhaitant, pour cinq jours, quitter notre univers anxiogène, la Foire nous parlait de bonheur cette année. Ce bonheur dont nous rêvons tous. Si les ateliers de développement personnel proposés n’étaient pas ma tasse de thé, j’ai quand même gouté au bonheur d’assister à des débats très intéressants et très positifs entre auteurs de divers horizons. Que ce soient les écrivains d’ailleurs (Québec en tête mais aussi Amérique, Israël, Turquie, Italie...), d’ici (de Belgique et de France), les auteurs de polars, de littérature blanche, de poésie ou d’essais.
    Le bonheur est dans la littérature mais aussi dans les rencontres. Celles que j’ai choisies m’ont réellement transportée. Aucune ne m’a déçue et toutes ont rejoint par divers côtés mes aspirations, mes convictions ou mes envies. J’en ressors joyeuse, optimiste et plus que jamais décidée à me battre pour ce que je crois car le bonheur individuel passe, j’en suis convaincue, par des changements universels dont nous devons être les instruments.

    Dans les jours à venir je vous parlerai de souvenirs de famille, de commémoration, de sexe, de poésie, de spécificité des polars francophones, des interactions entre Orient et Occident ou de la joie. Restez attentifs aux publications à venir. Il y en aura pour tous les goûts.

    54e Foire du Livre de Bruxelles

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    6 commentaires
  • Inutile de rappeler, je pense, que j’ai une passion pour la littérature québécoise et ses auteurs. Auparavant, je profitais de la Foire du Livre pour me constituer un petit stock que je lisais avec parcimonie parce qu’il devait me faire l’année. Mais depuis un an, TULITU a ouvert ses portes à Bruxelles et quand je manque de lectures québécoises, je n’ai qu’à y faire une petite visite.
    Bonnes conseillères, attentives à mes goûts mais soucieuses de me faire découvrir d’autres auteurs et d’autres histoires, Dominique et Ariane me proposent leurs suggestions à chaque visite. Patiemment, elles résument l’histoire, donnent un avis, titillent ma curiosité ou attirent mon attention sur ce qui pourrait me déplaire. Libre à moi de faire un choix en fonction de mes envies et attentes du moment.

    C’est donc toujours un réel plaisir de me retrouver dans cette chaleureuse librairie.

    Je n’ai pas dérogé à la règle ce week-end. Accompagnant mon mari qui tenait à écouter l’intervention d’Olivier Defrance à propos de son ouvrage sur la Princesse Lilian, j’en ai profité. Avec Dominique, Ariane et Billy, arrivé la veille pour préparer la FLB, impossible de résister à leur enthousiasme et leurs conseils avisés. Alors que mon époux s’offrait « Lilian et le roi », je revenais les bras chargés de romans.

    Un immense merci à eux pour leur gentillesse, leur professionnalisme et la passion si communicative qui est la leur. Et merci à Billy pour sa générosité naturelle.
     

    Nouveaux venus québécois


    Mais TULITU ce n’est pas qu’une librairie. Cet espace accueillant est aussi un lieu d’exposition d’œuvres d’artistes et illustrateurs belges, québécois et européens, un coin bar sympathique, accessible pendant les heures d’ouverture de la librairie et surtout des rencontres avec des auteurs, des éditeurs, des libraires invités et des illustrateurs.

    N’hésitez pas à pousser la porte !

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    5 commentaires
  •  Barbara Abel à la rencontre de ses jeunes lecteurs

       En 4e, j’aime bien aborder avec mes élèves le roman policier.
       D’abord, c’est un genre que j’affectionne et dont je peux parler pendant des heures.
      Ensuite il permet, par toute une série d’activités, de faire jouer aux élèves le rôle de détective. Relevé d’indices, recherches d’implicites, déductions... amènent chacun à faire jouer son imagination et son esprit logique.
       Enfin, la palette de nuances du genre est large, allant du récit à énigme au thriller psychologique, en passant par le roman noir, le policier historique ou encore le roman d’espionnage. Chacun peut donc y trouver de quoi le satisfaire.

       Cependant, les jeunes méconnaissent ce genre. Certes, ils ont vu les films de Robert Downey Jr. Mais ils n’ont jamais lu les aventures de Sherlock Holmes. Ils sont imbattables sur « Esprits criminels » ou « Les Experts Cyber ». Mais Patricia Cornwell ou Michelle Gagnon leur sont totalement inconnues. Alors pour les inciter à plonger dans l’inconnu, je leur ai donné à lire « Derrière la haine » de Barbara Abel et je l’ai invitée en classe.

       C’est la seconde fois que j’accueille un écrivain et je trouve cela passionnant. En général, reconnaissons-le, les élèves aiment peu lire, surtout les livres imposés. Analyser un roman est pour eux un exercice difficile quand pour nous, il est exaltant. La venue de l’auteur est donc la récompense après l’effort. C’est aussi une possibilité qui leur est donnée d’échanger avec l’auteur sur l’histoire, les personnages, de vérifier si leur compréhension des choses est la bonne ou de recevoir une explication. Enfin, une telle rencontre permet aux jeunes d’appréhender le métier d’écrivain autrement, de revoir certains clichés et d’élargir leurs horizons de pensée.

       Ce lundi, Barbara Abel est donc venue à la rencontre de deux classes de 4e très fières – et quelque peu impressionnées - de recevoir un auteur. Son roman a plu à la majorité des élèves et certains ont même pris goût à ce genre littéraire. Pendant une heure, elle a gentiment répondu à leurs questions sur la genèse et la construction du roman, discuté avec eux de certains points de l’intrigue et parlé de son métier d’écrivain. En toute simplicité et vérité, elle leur a confié les joies et les difficultés d’un métier qu’ils ont découvert un peu plus et ils ont pu ressentir sa passion pour l’écriture, la littérature, pour ses personnages... Un élève m’a même dit après son départ qu’on sentait son respect des lecteurs et une certaine tendresse pour eux.

       Bref, un moment privilégié de réflexion et de partage autour de ce roman passionnant, Prix des Lycéens en 2015, qui nous a donné l’occasion de vivre une très jolie rencontre.


    Barbara Abel à la rencontre de ses jeunes lecteursBarbara Abel à la rencontre de ses jeunes lecteurs

    Barbara Abel à la rencontre de ses jeunes lecteurs

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    10 commentaires
  •  

    En ces temps troublés,

     la tolérance est la seule voie

     possible vers la paix

     que nous souhaitons tous.

     Que 2016 nous donne

     d’être artisans de cette paix.

     Bonne et heureuse année

     à tous !

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    6 commentaires
  • Bilan et coups de coeur 2015

    Voici venu le temps des bilans annuels.

    Cette année, j’ai abandonné de nombreux challenges et malgré ça, je ne suis pas parvenue à honorer les rares que j’avais espéré suivre. Je pense que je vais donc m’abstenir à l’avenir. Je manque de temps et d’enthousiasme en ce moment pour relever de tels défis. Les rendez-vous ponctuels, comme le mois belge et le mois québécois, me conviennent mieux.

    L’année 2015 et ses multiples tragédies m’auront ôté souvent le goût de lire. J’ai moins lu (96 ouvrages) mais j’ai choisi avec soin mes lectures et ai été très peu déçue cette année.

    La rentrée littéraire m’a permis de belles découvertes, j’ai été plus enthousiasmée qu’en 2014. Seize lectures ont parsemé mon automne -et je gage qu’il y en aura d’autres dans les mois à venir car beaucoup me tentent. Parmi elles, cinq furent de vrais coups de cœur.

    J’ai hâte maintenant de voir ce que me réserve 2016.

     

    Mes lectures 

    Dans le bleu de ses silences, Marie Celentin

    La cravate, Milena Michiko Flasar

    Rien n’est rouge, François Salmon

    Sœurs volées, Emmanuelle Walter

    Courir après les ombres, Sigolène Vinsons

    Greenwich Village, Love is in the air (BD)

    Le Testament de Marie, Colm Toibin

    La maladroite, Alexandre Seurat

    La Terre qui penche, Carole Martinez

    Joker, Benjamin Adam (BD)

     

    Romans jeunesse

    Eux, Patrick Isabelle

    En mille morceaux, Nicolas Ancion

     

    Romans policiers

    Territoires, Olivier Norek

    Violence à l’origine, Martin Michaud

    La Cible, Howard Gordon

     

    Et vous ? Quels sont vos coups de cœur ? Vos incontournables ?

     

     

     

    Yahoo! Blogmarks

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique